Archéosite et Musée d'Aubechies | Boulangerie Gallo-Romaine
314
page-template-default,page,page-id-314,page-child,parent-pageid-286,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-10.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1,vc_responsive

Boulangerie Gallo-Romaine

Reconstituée à proximité de la villa, la boulangerie abrite un four (furnus) qui s’inspire directement de ceux découverts à Pompéi. Le four est composé d’une sole – c’est-à-dire la surface sur laquelle sont placés le bois de chauffage et ensuite les futurs pains -, et d’une voûte qui la protège.

Vers la fin du Ve siècle avant J.-C., le froment et le blé dur apparaissent en Italie. Ces nouvelles céréales sont importées d’Afrique du Nord et de Sicile. Le froment, donnant une qualité et un levage maximum, s’impose dès lors petit à petit dans la péninsule italique. En Gaule Belgique et en Germanie, on utilise également l’épeautre pour la fabrication du pain.

D’après Pline l’Ancien, auteur romain du Ier s. ACN, des commerces de boulangerie se seraient développés à partir du IIe siècle avant J.-C.
A Rome, on rencontre différentes qualités de pain: outre le pain traditionnel, il en existe des complets ou des spéciaux. Quant au levain (fermentum), il est préparé avec le moût du raisin, c’est-à-dire la mixture obtenue après la cuisson ou la pression des fruits. Dans nos régions, il est fabriqué avec la levure de bière.

Téléchargez notre brochure pour groupes!

Découvrez notre vidéo scolaire

Inscrivez vous à notre infolettre